Expression METRO – Septembre/octobre 2014

98604623_o

LA RESTRUCTURATION DES LIGNES DE BUS, UNE DÉCISION AUX IMPACTS À CORRIGER !

Les informations nous annonçant la « restructuration » des lignes de bus au 1 er  septembre ont fleuri partout cet été. Ce nouveau réseau est censé rapprocher les arrêts de trams et de bus des habitant-es et améliorer le service rendu. En réalité, qu’en est-il vraiment ?

Si nous saluons l’intérêt des lignes chrono, nous déplorons la diminution importante du maillage de proximité. Nous craignons que derrière les effets d’annonces, le service rendu au citoyen ne soit pas la préoccupation première mais plutôt la recherche d’économies. Ce n’est pourtant pas de la rentabilité de quelques lignes dont nous avons besoin mais d’un réseau de transports qui permettent à tous les
publics de se déplacer.

Or, les exemples contraires se multiplient : à Fontaine, où le quartier Alpes-Cachin (quartier prioritaire de la cohésion sociale) et l’avenue du Vercors (axe commercial) ne seront plus desservis ou encore à St Martin d’Hères, où la suppression pure et simple d’une partie de la ligne 33 (quartiers Village, le Carina, les Collines et zones économiques Bourgamon et Sud) implique pour les usager-es, une marche de 900 mètres pour accéder au nouveau terminus de cette même ligne afin de se rendre à Grenoble. Et que dire de la suppression de trois arrêts de la ligne 1 le long du cours Jean Jaurès à Échirolles ?

De nombreux-ses citoyen-nes nous alertent quotidiennement et se mobilisent. La suppression de certains arrêts de bus les oblige désormais à faire plus de marche à pied, à multiplier les correspondances, à faire des détours improbables ou pire encore, reprendre leur voiture… Certains usagers, parmi les plus âgés, ou dépendants des déplacements en bus seront privés de mobilité.

Vos élu-es, communistes et partenaires, souhaitent que cette nouvelle organisation des lignes de bus soit revue et corrigée au plus vite. Le SMTC annonce un bilan dans un trimestre : nous y porterons résolument les attentes des usagers de nos communes. Ce précieux service public doit rester accessible à toutes et à tous, dans un souci d’égalité.

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail